Editorial

Editorial mai 2021

« L’ostéopathie pour tous un rêve ? »

Un premier pas de franchi.

La collecte du projet « l’ostéopathie pour tous un rêve ? » vient de s’achever le premier jour du mois de mai.

La campagne sur Hello Asso a récolté 13 951 euros. Les dons hors ligne se montent à 2 550 euros. Notre objectif de 15 520 euros est largement atteint.

Grâce à votre générosité et attention, FédOsoli a recueilli la somme nécessaire aux diverses étapes de ce projet dont nous vous rappelons les objectifs et les modi operandi : 

I – Connaître l’opinion des patients sur leur recours ou non recours aux soins ostéopathie et savoir comment il envisage l’avenir de l’accès à ces soins.

 – Une étude sociologique s’appuyant sur deux questionnaires.

L’un des questionnaires sera destiné à 250 patients qui ont recours à l’ostéopathie en cabinet et à 250 patients qui ont recours à l’ostéopathie sur les lieux d’interventions des associations ostéopathiques et solidaires de FédOsoli (Centre d’hébergement d’urgence, centre sociaux, pouponnières, PMI, centre d’accueil de la Croix Rouge, du Secours Populaire etc..)

Un autre sera destiné à 250 patients en population générale qui n’ont pas recours à l’ostéopathie avec les quotas suivants, représentatifs France : Age en 3 tranches / Sexe / Catégories socio-professionnelles / Géographique (UDA5).

– Un bilan des deux enquêtes (nombre de répondants, taux de réponse, etc.) 

– Un traitement des données brutes, gestion des données.

– Une analyse statistique

– La rédaction d’un rapport de synthèse (sous format PowerPoint)

II – Conforter le point de vue des patients aux impératifs et considérations des ostéopathes et de leurs représentants.

–  Présentation des résultats et débats seront organisés lors des AG des principales organisations ostéopathiques. Ils seront suivis d’une table ronde entre tous les acteurs de l’ostéopathie.

III – Etablir un document de référence faisant œuvre de propositions pour améliorer le recours aux soins ostéopathiques.

– Un groupe de travail, mis en place avec des représentants de  FédOsoli, des associations socio-professionnelles et syndicats, une sociologue, analysera les diverses idées, positions et perspectives qui auront émergées et formulera des propositions.

 – Analyse des réflexions et propositions d’actions du groupe de travail pour un meilleur recours à l’ostéopathie par un expert du non-recours soins.

 – Rédaction du document de référence.

FédOsoli remercie chaleureusement :

– Les 21 associations ostéopathiques (associations socio-professionnelles, registre, académie, fédération des étudiants, association de patients, associations ostéopathique et solidaire, associations régionales, association d’ex-élèves, organisme de formation continue)

– Les 86 personnes (des grands noms de l’ostéopathie, des professionnels, des patients, des soutiens anonymes).

Fort de votre soutien moral et financier nous allons maintenant avancer sur le chemin de la concrétisation de ce projet, dans un premier temps en compagnie de la sociologue Md Cathel Korning et son équipe.

Les ostéopathes solidaires de Fédosoli sont  à l’initiative de ce projet et responsable de son réalisation, vous pouvez être assurer que nous mettrons tout en œuvre pour répondre à l’intérêt et aux attentes que vous avez placés en nous.   

Les ostéopathes solidaires de FédOsoli et leurs soutiens (cités ci dessus) seront les seuls habilités à tirer les conséquences de son analyse.

Ensemble nous serons pour mener ce projet à bon port et contribuer à rendre notre soin plus ouvert.

Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant de l’avancée du projet et de vous faire participer, si vous le désirez,  aux échanges à venir.

A bientôt

Chantal, Emerance, Marc, Jonas et Eric pour le pôle représentation de FédOsoli (fédération ostéopathie solidarité)

Editorial avril 2021

Sur la route …

Il se passe quelque chose d’inédit dans le milieu ostéopathique, une vague fédératrice se forme autour du projet porté par FédOsoli “L’ostéopathie pour tous un rêve ?”.

A ce jour, 19 associations du monde ostéopathique participent et 95 donateurs, des grands noms de l’ostéopathie comme des anonymes ont choisi de soutenir le projet.

Alors qu’il reste 10 jours à la collecte, le montant recueilli atteint 83% du financement total.

Le volet 1 à savoir l’étude sociologique peut débuter dès maintenant : Md Korning, sociologue, aidée par sa collègue Md Isabelle Recotillet se met déjà en relation avec des experts du non recours aux soins, les questionnaires destinés aux patients, sur lesquels elle travaille, feront l’objet d’une large concertation avec les associations impliquées et les donateurs qui le souhaiteraient.

Une fois finalisé fin mai début juin, nous comptons sur les ostéopathes et les associations pour faire remplir les dits questionnaires aux patients.

Nous aurons un mois pour rendre les réponses afin qu’elles puissent être analysées pour la rentrée et que l’étude soit présentée à l’AG de FédOsoli puis aux AG des diverses associations socio-professionnelles, cet automne.

Sur la route, nous sommes, pour réaliser ce projet.

C’est une grande joie de rencontrer l’attention et la générosité des ostéopathes, des associations socio-professionnelles, de l’Académie, de la fédération des étudiants, de l’association des patients, des associations régionales, des associations ostéopathiques et solidaires, pour ce projet.

C’est une grande responsabilité que nous sommes prêts à assumer avec votre aide.

C’est excitant de se mettre en action pour une cause qui nous tient à coeur.

Sur la route, ensemble, nous allons de l’avant.

Ce projet mené à bien sera un tremplin pour dessiner notre avenir. Chacun aura son rôle a joué autour de cette même énergie qui nous unit aujourd’hui.

Le pôle représentation de FédOsoli

Editorial février 2021

Citoyens, patients, soignants, ostéopathes,

C’est maintenant !

Le temps de l’incertitude a envahit notre quotidien.  La pandémie, évènement déclencheur ne fait que révéler les défis du monde.

Nous avons la responsabilité de penser et de construire l’avenir, un avenir qui préserve la nature et qui donne du sens à la vie.

La vie de chacun est une aventure, la santé de chacun un drôle de phénomène, l’ostéopathe vous aide quand elle patine, trébuche ou vacille.

Aujourd’hui, les ostéopathes solidaires (FédOsoli) lancent un projet qui s’intègre dans une réflexion sur le renouveau de la santé publique visant entre autres à faire de la prévention un axe majeur. Dans ce cadre l’ostéopathie, ce soin à la personne, a toute sa place… encore faut il que chacun puisse y avoir accès.

Ce projet s’intitule

« L’ostéopathie pour tous, un rêve ? »

Une enquête auprès des patients et non patients sur le recours ou non recours à l’ostéopathie, l’analyse d’experts du non recours aux soins, le travail d’une sociologue, une table ronde entre tous les acteurs de l’ostéopathie, la mise en place d’un groupe de travail missionné pour faire des propositions afin d’améliorer l’accès à l’ostéopathie tout en préservant une qualité de soin exigeante.   

Déjà les deux structures représentatives de l’ostéopathie en France, le Syndicat français des ostéopathes et Ostéopathes de France ont acté leur adhésion au projet et nous aident.

Pour réaliser ce dessein nous avons besoin de vous et de votre participation :

Si vous pouviez mettre la main à la patte en relayant cet appel à vos proches et à vos collègues, si vous pouviez mettre la main à la poche en donnant quelques sous à notre collecte, vous seriez acteurs de nos espoirs, nous serions portés par votre générosité pour réaliser ce travail qui nous tient à cœur.

C’est bien maintenant qu’il nous faut agir pour demain.

Voici le lien où vous trouverez  tous les renseignements nécessaires à votre décision et la possibilité de nous soutenir.

https://www.helloasso.com/associations/fedosoli/collectes/enquete-sociologique-sur-le-recours-et-non-recours-a-l-osteopathie

Editorial décembre 2020

Et si nous avançions ensemble pour faire d’un rêve une réalité !

Rien ne remplace votre engagement bénévole, votre pratique solidaire auprès des personnes démunies ou en grandes difficultés.

Il s’agit de la Santé d’un être auquel vous venez donner un soin pour l’aider à se rétablir.

Une tout autre question est celle du recours à l’ostéopathie. Nous basculons alors dans le domaine de la Santé Publique.

Fédosoli est le rhizome de l’ostéopathie solidaire, sa place est au plus près de l’individu et du collectif .

Ainsi, FédOsoli se fixe une double mission celle d’être présente sur le terrain du soin fraternel et celle d’être un aiguillon dans la réflexion pour que le plus grand nombre est un accès à l’ostéopathie.

Dans le cadre de cette cogitation, FédOsoli lance un grand plan d’action fédérateur autour de ce thème pour que « les choses avancent » :

L’ostéopathie pour tous, un rêve ?

Partant de l’écoute des patients et non patients de l’ostéopathie, prolongeant cette écoute auprès des ostéopathes, prenant l’avis des experts du recours ou non recours aux soins, ce plan d’action vise à aider  le monde ostéopathique réuni à présenter des suggestions étayées et consensuelles auprès des représentants des pouvoirs exécutifs et législatifs, pour améliorer l’accès à l’ostéopathie.

Si ce rêve de l’ostéopathie pour tous  est l’un des vôtre pour cette nouvelle année, soyez des nôtres en nous aidant :

https://www.helloasso.com/associations/fedosoli/collectes/enquete-sociologique-sur-le-recours-et-non-recours-a-l-osteopathie?banner=True

Votre don et votre implication seront précieux,

Il n’y a pas de Nous sans Vous.

S’il vous plaît, participez et faîtes connaître cet appel à vos proches, vos amis(es), vos collègues, vos relations !

Ensemble, portons ce défi, jouons à construire une nouvelle donne pour l’ostéopathie, les ostéopathes et surtout les personnes dans la fragilité.

Les Ostéopathes Solidaires (FédOsoli)

Editorial novembre 2020

Cet automne, un quotidien bouleversé, demain un bouleversement ?

Nous avions repris nos esprits, nos habitudes les bonnes comme les mauvaises. La remise en question, la naissance d’un nouveau monde .. passés à la trappe de la trompeuse nécessité de refaire comme avant pour sauver un monde vieillissant.

Alors l’augmentation des malades et morts de la Covid, une crise économique qui vient entrainer angoisse et souffrance, comme la catastrophe naturelle en Alpes Maritimes, sonnent comme les trompettes de Jericho.

Un ultime avertissement ?

Chacun se doit d’y réfléchir, de sortir de l’omniprésence obsédante de l’actualité sanitaire pour regarder autour de nous et devant.

Nous autres ostéopathes bénévoles de la solidarité, nous avons pour beaucoup maintenu nos permanences auprès des personnes démunies ou en grande difficulté. C’est elles que nous regardons et touchons avec ce que nous savons faire, humblement.

Les ostéopathes du coeur ont monté une opération inédite de soutien aux habitants des vallées sinistrées. Ils ont offert dès que cela fût possible leurs soins ostéopathiques et se sont organisées avec un grand nombre de praticien de médecines alternatives et complémentaires pour apporter une aide aux multiples facettes à ces gens en plein désarroi. L’entre-aide, le don de quelques journées, quelques semaines comme pansement à poser sur ces déchirements.

Prenons garde, nous ne serons pas toujours épargnés, pensons la santé publique de demain comme le monde de demain, un monde vivant pour les générations futures, un monde autre, que nous voudrions aimant de la nature, de l’humanité, un monde où les technologies du numérique et autres seront au service de notre bonheur commun. Ce monde, construisons le comme un puzzle, pièce après pièce. De nos petites mains, de nos petites actions, inventons à petite échelle, bouleversons pas à pas, pour être bouleverser …. comme l’amour bouleverse.

Editorial Mai 2020

A Chacun ses rêves, à chacun sa façon d’agir.

Une épidémie a un caractère évolutif.
Dans cette première phase, elle a rimé chez nous avec confinement, « un pis-aller, dans la mesure où nous ne disposions pas des tests et des masques qui auraient permis le traçage et la protection » analyse Rony Brauman ex président de MSF dans le journal Le Monde du mardi 05 mai 2020.

Les ostéopathes ont donc remisé leurs blouses de soignant pour respecter les consignes de santé publique et les associations socio-professionnelles, les syndicats, l’association à vocation ordinale, se sont fortement mobilisés pour aider et informer les membres de notre profession. Chacun avec ses propres choix et ses propres angles d’actions ou récemment à travers une démarche commune pour demander une distribution de masques sanitaires par l’état.

Néanmoins, il persistait pour beaucoup un sentiment de frustration, celui de ne pas être considéré formellement comme un vecteur d’aide à la santé.

Se sachant capables d’être utile aux autres et désireux d’exprimer leur solidarité auprès des personnes exposées à la contamination, des ostéopathes ou des associations solidaires ont essayé et certaines réussie comme Ostéopathes du Monde, à agir sur le terrain en donnant des soins aux soignants, y compris dans les hôpitaux.

La Fédération Ostéopathie Solidarité (FédOsoli) a éprouvé une voie officielle en écrivant au Ministre des Solidarités et de la Santé pour demander que les ostéopathes puissent être intégrés à la réserve sanitaire.
Sans réponse, FédOsoli a monté l’opération Ostéopathes Solidaires Covid-19 créant ainsi un annuaire national pour aider les volontaires à trouver un moyen d’intervenir dans leur région et préparant pour l’après les conditions de gestes de reconnaissance envers ces “héros”.

Et c’est ainsi qu’à travers diverses initiatives, les ostéopathes ont intelligemment conjugués citoyenneté et solidarité.

Une lente décrue de l’épidémie marque le deuxième temps de cette fausse de guerre. Avec le dé-confinement qui approche, nous avons comme tout un chacun et comme thérapeute à intégrer la menace virale et les précautions à adopter.

Mais, arrêtons nous un instant pour se demander ce que nous avons ressenti et appris pour l’avenir de cette période sans préalable.

Trois mots me viennent : Fragilité Questionnement Solidarité.

La fragilité de l’existence ou plutôt une conscience plus aigüe de cette fragilité.
Des questionnements qui sont des remises en causes multiples, entre autres, nos modes de vie, l’organisation de nos sociétés voir la construction d’une société monde.
Le besoin de solidarité face aux dangers que représentent les épidémies mais aussi le réchauffement du climat, la faim et la misère dans le monde, la course effrénée à la rentabilité, la tendance à l’autoritarisme politique etc..

Fragilité, questionnements, solidarité, trois mots aux articulations du « moi » et du « nous » comme si cette épidémie interrogeait ce lien vital et nourricier, ce cordon entre le « moi » et le « nous ».
A ce propos, la santé n’est elle pas ce phénomène, qui inscrit dans le corps, une histoire individuelle dans sa singularité mais aussi collective par l’influence des nombreuses logiques auxquelles elle se confronte ?

L’ostéopathe se trouve alors à travers chaque patient devenir le témoin d’une histoire particulière mais aussi de l’histoire de son temps.

Demain les ostéopathes solidaires rencontreront de nouveau les parias de ce monde et leurs « doigts qui pensent, sentent, voient et savent » seront des vecteurs de compréhensions pour les douleurs ou les souffrances de ces personnes mais aussi, si nous voulons bien y prêter attention, aux désordres du « Nous ».

Ainsi demain comme nous avons su le faire, soyons acteur de la solidarité, et peut-être aussi, un acteur conscient et visionnaire pour, rêvons un peu, changer le monde !

Le comité d’action de FédOsoli

Editorial janvier 20

Les Ostéopathes solidaires et le grand débat national

Nous sortons de la période des vœux et ce qui revient chaque année, si souvent, dans ces souhaits traditionnels c’est : “Et surtout la santé ! “

La santé un thème qui ne fait pas directement partie des sujets choisis par le Président de la République pour ce grand débat national. Ce n’est pas le seul absent, la culture par exemple est quasiment inexistante…Et pourtant rappelons nous la lecture de Montaigne :
“La santé est « le plus beau et le plus riche présent que nature nous sache faire”.

La santé en France donne des signes d’inadaptation de notre système : La désertification médicale, la non adéquation de la prise en charge des maladies chroniques ou d’origines environnementales, des hôpitaux aux services de plus en plus inégalitaires sur le territoire tant du point de vue de la qualité des soins que de leurs accès, une médecine encore si timide en matière de prévention etc.

S’ils nous semblent prépondérant de maintenir nos régimes de solidarité avec entre autres la sécurité sociale et d’en préserver la philosophie, ils nous paraît urgent de repenser de fond en comble ces modèles en place devant les nouvelles réalités et les multiples défis à venir.

Dans leurs permanences, les Ostéopathes solidaires sont en première ligne face au désoeuvrement, à la pauvreté et à la précarité. Dans leurs cabinets, ils écoutent le désarroi, l’injustice ressentie, l’inquiétude de leurs patients. Ils cherchent à aider ces corps qui nous parlent. Le social détermine la santé, l’environnement détermine la santé tout comme le bonheur est un atout inestimable pour la santé. Ainsi cette autre phrase de Montaigne raisonne et nous aide à penser que la santé est un tout et que le corps est son réceptacle :

“Ce n’est pas seulement, d’ailleurs, de la douleur et du plaisir que le corps est juge, c’est de la mesure même des choses”

Alors les ostéopathes solidaires ne peuvent que se poser des questions sur l’avenir de notre pays mais aussi et surtout, dans un temps où tout se trouve connecté, sur le monde et son évolution.
Ici et partout, une doctrine gouverne le monde avec plus ou moins de variantes associées (démocratie, ploutocratie ou autocratie), avec des réussites (globalement la pauvreté à reculer et les guerres sont moins nombreuses) mais à quels prix et jusqu’à quand : L’inégalité et l’injustice vont croissantes, une infime partie de la population engrange les richesses, la terre est au bord du gouffre, les replis identitaires portent en germent la haine de l’autre et la violence.

La santé disait encore Montaigne est “un état satisfaisant de toute chose”.

Alors la santé de notre monde ne demande-t-elle pas un changement profond ?
C’est ce que semblent nous dire à la fois ces éruptions humaines, ces révoltes à chaque coin du monde mais aussi ces magnifiques initiatives de femmes et d’hommes qui réinventent de nouvelles façons de vivre ensemble souvent en osmose avec la nature.

La santé du monde, la santé du corps, la santé de l’âme, la santé mentale, la santé-social, la santé environnementale ( le défi est de taille, et il est devenu un enjeu mondial de santé publique ; Pollution, réchauffement climatique, pesticides…),
bref les santés doivent être la finalité de nos débats, ils déterminent ce que pourront être nos choix, ces choix sur lesquels portent le grand débat (fiscaux, économiques, nos actions publiques, nos organisations celle de l’état et celles des collectivités, la transition écologique, la citoyenneté).

Ces débats sont et seront remplis de mots, des mots exprimés, réfléchis, pensés, lâchés, expulsés, bridés, criés, . Au moment de l’analyse et de la rédaction de ce “nouveau pacte”, il faudra être honnête et sans pré-construit. Il faudra se rappeler qu’écouter c’est savoir entendre plus que les mots. Ces mots sincères, “colère” parfois voir incohérents et irrationnels, ils portent une signification, un sens caché à explorer. De ce grand débat, de ce mouvement en gilets jaunes, ayons une lecture attentive et une lecture entre les lignes, pour rencontrer une vision du monde à venir.

C’est un appel à chacun de nous, aux élus, aux responsables des politiques nationales et locales, à être capable de changer de paradigme,

A être courageux pour transgresser.

Aller au delà !

Aller au delà de ce qui existe pour faire une nouvelle société monde.
Etre volontaire pour la planète afin de vivre… encore et toujours.
Faire avec et pour l’autre afin de vivre ensemble.

Cela se joue dans notre pays et partout dans le monde. Si nos mains d’ostéopathes solidaires soignent des gens venant du monde entier, ce sont les mains de toutes et tous qui soigneront le monde.

Nous savons, car nous le ressentons au quotidien dans les tissus de nos patients qu’une mutation est toujours possible à un moment donné.
Alors pourquoi ne pas porter l’espoir d’une mutation-monde vers un mieux être ?

Le Comité d’action des Ostéopathes Solidaires à un moment peut-être historique.